1 | Signature du 1er accord commercial mondial. Cela acte le leadership chinois dans la région Asie-Pacifique.
2 | Isolement de l’Europe. L’incapacité à agir relèguera le Vieux Continent au second plan.
3 | Soutien à la dépense publique. Les investisseurs paient dorénavant pour détenir de la dette chinoise.

Les 15 pays signataires du partenariat économique régional Asie-Pacifique : 

  • Les conséquences du mandat de Donald Trump sont déjà observées. La Chine a favorisé l’émergence du plus grand accord commercial mondial, avec 14 autres pays asiatiques et océaniens, qui représente le tiers de la population et de l’activité mondiale. Le leadership chinois s’affirme en Asie, s’étendra par la reprise du développement de la Nouvelle Route de la Soie et s’accentuera par le dynamisme de son activité qui n’aura affronté que la première vague de la crise sanitaire. Les conditions n’ont jamais été aussi favorables aux autorités chinoises pour mener une politique d’endiguement à grande échelle, sur le modèle du plan Marshall américain qui visait à contenir le développement du communisme à l’issue de la Seconde Guerre Mondiale.
  • L’histoire semble se répéter. Une fois de plus, l’Europe est divisée et assume les conséquences de 2016. L’année d’un référendum qui conduira à un isolement sans précédent des britanniques en raison d’un Brexit dur, devenu inévitable, et de l’absence de soutien des États-Unis suite à la non-réélection de D.Trump. L’année, aussi, des premiers rachats d’actifs de la BCE qui auront finalement réduit la fragmentation financière européenne et favorisé les discussions sur le plan de relance européen. Après avoir surmonté les réticences néerlandaises, autrichiennes et nordiques cet été, l’Union Européenne doit dorénavant composer avec les oppositions polonaises et hongroises pour finaliser sa relance. Deux pays directement rattachés à la Route de la Soie des autorités chinoises. En somme, l’Union Européenne divisée n’arrive plus à agir alors que la bipolarisation du monde s’accentue entre la Chine et les États-Unis.
  • Et les investisseurs soutiendront les ambitions Chinoises et Américaines. Le plan Biden se veut le remake du New Deal des années 30 orienté vers les investissements verts. Le Trésor émettra 2000 milliards de dollars et pourtant le billet vert reste relativement fort. Le plan chinois financera les infrastructures sur 10000kms et les investisseurs se précipitent déjà pour payer pour cela. Cette semaine, la Chine vient d’émettre sa première dette à taux négatif. Certes, c’est une goutte d’eau dans l’océan de 17000 milliards de dettes à taux négatifs. Mais c’est surtout, une raison de plus de détacher l’Empire du Milieu de la zone émergente, et considérer son économie comme un nouvel actif de qualité de la prochaine décennie.

Ce qu’il faut retenir de cette semaine

Les chiffres clés

Ce qu’il faut regarder la semaine prochaine

Publications macroéconomiques

Information importante

Le présent document de marketing a été préparé par Landolt & Cie SA. Il n’est pas destiné à être distribué, publié ou utilisé dans une juridiction où une telle distribution, publication ou utilisation serait interdite, et ne s’adresse pas aux personnes ou entités auxquelles il serait illégal d’adresser un tel document.
Cliquez-ici pour en savoir plus
Arthur Jurus
Chef économiste
Inscrivez-vous